I. Ambiorix.image104

     C'est au centre de la Grand Place que trône la statue d'Ambiorix, roi des Eburons. Cette statue est érigée au centre de Tongres en hommage aux actes héroïques du plus courageux des Gaulois. Sculptée dans le bronze par Jules Bertin en 1866, à un moment où la Belgique, nouvellement créée, se cherchent des héros nationaux, elle est posée sur un socle en pierre de 3 mètres de haut, représentant un dolmen préhistorique.

II. La voie Ambiorix.

     Cette promenade de4,5 kilomètres de long vous conduira, par des balisages au sol en clous de bronze, le long de sites et monuments, expliqués par des panneaux sur place. Avec ou sans guide, muni d'une carte et d'une brochure, vous admirerez la statue d'Ambiorix, la Basilique Notre-Dame, le béguinage, les murailles romaines et encore bien d'autres monuments qui vous feront traverser le monde romain et le monde médiéval.

III. Les remparts romains.

     Des 4 kilomètres de la première enceinte, vous pourrez encore voir 1.200 mètres du mur, atteignant 4 mètres de haut à certain endroit. Une grosse partie de la deuxième enceinte est encore visible près de la partie sud de la Basilique ainsi que la base d'une tour de fortification. A l'époque, la cité de Tongres était répandue sur un territoire plus étendu qu'à l'heure actuelle. De ce fait, une partie des vestiges de l'enceinte romaine se situe dans les champs, en dehors de la ville.

image109

IV. Les fouilles archéologiques.

image110     Régulièrement, des fouilles sont entreprises à Tongres par l'Institut du Patrimoine Arhcéologique et par l'archéologue attitré de la ville. Tous les objets trouvés lors des fouilles au sein même de la ville sont remis au musée de telle sorte que tout ce qui fait partie du patrimoine tongrois reste dans la ville. Près de la Basilique, on peut admirer le site archéologique du Vrijthof. Bientôt d'autres sites seront ouverts au public.

V. Les tumuli.image113

     Les tumuli sont des tertres funéraires de l'époque romaine. Une grosse partie des tertres existant à l'époque romaine a été nivelée ou détruire au cours du temps (lorsqu'un propriétaire manquait de terres et qu'un tumulus se trouvait sur son terrain, il le détruisait). Ces tumuli sont principalement implantés le long ou à proximité des chaussées telles que Bavay-Cologne et Cassel-Tongeren. La plupart sont isolés.

Près de Tongres ont été découverts:
- La"Tombstraat" en 1697;
- Le lieu-dit "Cockaert Tomme" en 1385;
- Le lieu-dit "Onder die cleen Tomme" en 1514;
Les deux tumuli de Koninksem;
Un autre est encore visible à Piringen-Tongeren, au pied du Beukenberg et (fouillé en 1772).

VI. Quoi d'autre?

1. Le Beukenberg.

image1151

    Le Beukenberg est une déclivité artificielle qui, sur une distance d'environ 5 kilomètres, relie les sources de Widooie à Tongres. Il fut élevé fin I er - début II ème siècle au Nord-ouest de la ville. Cet  aqueduc acheminait de l'eau potable jusqu'à la ville probablement à l'aide d'un canal en bois. A l'endroit où celui-ci rencontre le mur de la ville, on remarque un pont en pierre qui l'enjambe.

     Les Tongrois s'approvisionnent aussi en eau à différents puits également construits par les Romains au fil du temps et les habitants de la ville basse peuvent naturellement se servir dans le Geer.

2. Le temple.image117

     Le temple romain représenté sur cette photo date de la fin I er - début II ème siècle ap. J-C. Le mur de la terrasse côté ouest est encore partiellement conservé. A cette époque, le temple est un lieu de culte. Il est situé au point le plus haut de la ville et se poste à proximité de sources dont la fontaine de Pline. On a récemment découvert les fondations de ce temple.

3. La fontaine de Pline.

image118    

     Cette fontaine rappelle que Pline l'Ancien (23-79 ap. J-C) séjourna à Tongres et qu'il évoqua dans Naturalis Historia la pureté et le bienfait de cette source. Sur une plaque de marbre, nous pouvons lire l'inscription suivante, en latin:

"La ville de Tongres en Gaule possède une source remarquable, aux nombreuses bulles à la saveur ferrugineuse dont on ressent les effets instantanément. Celle-ci purifie les corps des fièvres tierces et dissout les calculs. Cette même eau, lorsqu'on la chauffe, bouillonne et finalement devient rouge".